Dis-moi, toi, qu’on se reverra,
Après le confinement, après cette merde, après tout ça.
Dis-le moi, toi, qu’on se reverra,
Sinon je ne le supporterai pas.

Dis-moi qu’on reverra le monde,
Les oiseaux, les bois et les eaux vagabondes,
Dis-moi qu’on reverra la lune ensemble,
Qu’elle veillera sur nous quand on tremble.
Dis-moi qu’on pourra.
Dis-moi qu’on le fera.
Qu’on redécouvrira le bonheur,
D’être plongés en plein cœur
De la nature au matin,
De la nature sans humain.

Dis-moi que ça ne s’arrêtera pas là,
Que nos vies seront toujours combats.
Dis-moi que ça ne servira pas à rien.
Dis-moi qu’il y aura bien un demain.
Dis-le moi, même si c’est faux,
Parce qu’aujourd’hui, j’ai besoin de beau.
J’ai besoin de croire que l’humain
Est capable de construire son demain,
Qu’il va comprendre qu’il se trompe de chemin,
Que l’argent ne peut pas être une fin.

Dis-moi qu’il va comprendre.
Dis-moi qu’on va apprendre,
Qu’on va faire vivre solidarité,
Qu’on va construire humanité,
Qu’on va chercher, ensemble, liberté,
Qu’on va découvrir universalité.

Dis-moi qu’on refera briller cette lumière,
Celle qui est en nous, qui nous éclaire,
Celle dont le monde a besoin,
Celle qui vit au fond de chacun.

Dis-moi qu’ils vont sentir
Qu’on est tous liés, dans le meilleur et dans le pire.
Dis-moi qu’on va appliquer les solutions
Qu’ils défendent déjà dans leurs bastions.
Dis-moi qu’on va les aider
A les appliquer, à les généraliser.
Chacun avec ses armes
Nous pourrons enfin justifier nos larmes.
Nous rendrons justice à Cannelle
Et à tous ceux qui sont morts comme elle.
Dis-le moi, toi, que tu m’aideras
A faire tomber leurs antennes de bois,
A redonner du sens,
A changer les puissances,
A défendre le vivant,
Et à vivre tout simplement.

Dis-le moi, toi, dis-moi qu’on va se relever,
Qu’on va se battre pour cette beauté,
Pour la Vie, pour la Terre,
Pour la Nature et ses mystères.

Dis-le moi, toi, dis-le moi
Qu’on va apprendre de tout ça.
Dis-moi qu’on va se retrouver,
Qu’on va rire, qu’on va chanter,
Qu’on va échanger et s’engueuler,
Qu’on va continuer à jouer.

Je sais que le combat ne fait que commencer,
Je sais qu’il va nous arriver de tomber,
Qu’on perdra espoir parfois.
Mais ce n’est pas grave si tu es là.
Si on est tous là pour s’aider à se relever,
Pour tendre la main et continuer.
On aura des moments de doutes.
On affrontera aussi ce qu’on redoute.
Mais on découvrira du merveilleux, du beau,
On retrouvera la magie des oiseaux,
Ce qui nous donne la force d’avancer,
De nous battre, de résister,
De défendre nos putains d’idées
Contre ceux qui veulent nous casser.
Dis-le moi, toi, qu’on va continuer.
Dis-moi qu’on va se retrouver.

AdeLune, collectif les Folles Alliées

Illustration : josephredfield from Pixabay